CPGE – Témoignages d’anciens élèves #1

8 mars 2021

Passés par Sainte-Marie Lyon avec l’envie d’entreprendre, certains anciens élèves ont franchi le cap et nous racontent leur histoire. Ils retracent leur parcours et nous expliquent comment leurs années en classes préparatoires au lycée Saint-Paul les a aidés à atteindre leur but.

Jean de Rauglaudre, 27 ans, réside aujourd’hui à Paris. Après deux années en classes préparatoires ECE de 2011 à 2013 à Sainte-Marie Lyon, il rejoint HEC et complète sa formation avec un master de recherche à Polytechnique ainsi qu’un court passage à l’école 42. Consultant en stratégie chez McKinsey à ses débuts, il est aujourd’hui CEO de Collective.work, entreprise qu’il a cofondé avec Vianney (un ami de la prépa ECE) au sein du startup studio eFounders pour développer la plus grande entreprise de service du monde, en mettant à profit les collectifs d’indépendants et le développement d’un outil innovant.

Que retenez-vous de vos années à Sainte-Marie Lyon ?

Tout d’abord, plusieurs valeurs !
L’optimisme, en cherchant à viser toujours plus haut et toujours plus loin. Une citation qui m’a toujours animé durant ces 2 années est cette phrase d’Anatole France : « viser trop haut, pour ne pas réaliser trop bas ».
L’excellence, en s’évertuant à donner le meilleur dans toutes circonstances et à ne rien négliger. J’ai notamment un souvenir ému de la grammaire allemande, ma zone d’inconfort, dans laquelle j’ai redoublé d’effort, dans un souci d’excellence à tous les niveaux.
L’amitié, car j’ai trouvé en la personne de Vianney notamment (les autres se reconnaîtront, par ex. mon homonyme) un ami, qui est aujourd’hui mon associé dans l’aventure Collective que nous avons démarrée.

Comment en êtes-vous venu à l’entrepreneuriat ?

Je pense avoir la fibre entrepreneuriale. Avant les classes préparatoires, j’avais déjà lancé de petites affaires, comme organiste & pianiste dans les messes de mariage, jardinier à domicile. En fin de classes préparatoires, nous avons tenté avec Vianney de mettre à profit toutes les fiches d’économie que nous avions documentées, en développant un site internet et en les commercialisant.

Cette intuition s’est rapidement cristallisée, puisque j’ai fait mes premières expériences professionnelles avec HEC en startup, puis en fonds d’innovation ! La dernière étape, naturellement, fut de me lancer pour de bon il y a quelques mois.

Des professeurs de qualité, qui au-delà d’une expertise notoire, s’engagent pour leurs étudiants dans un souci de développement académique et personnel de chacun.

Que gardez vous de votre passage en prépa à SML, ce que vous y avez appris, ce que vous auriez peut être aussi aimé y apprendre ?

Des professeurs de qualité, qui au-delà d’une expertise notoire, s’engagent pour leurs étudiants dans un souci de développement académique et personnel de chacun.
Des mauvaises notes au début, mais le sentiment de progresser et grandir à chaque étape, dans chaque discipline.
Une fin heureuse, car je suis parvenu à intégrer l’école dont je rêvais. Il faut remercier la chance ou le destin, mais aussi saluer l’effort et remercier toutes les personnes qui m’ont entourées durant ces années.

Propos recueillis par Arnaud Pautet, professeur en classes préparatoires commerciales au lycée Sainte-Marie Lyon

Image crédits : Collective

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer